Rénovation de l'ossuaire | Catacombes de Paris - Musée Carnavalet - Histoire de la ville de Paris | Paris.fr
+ TOUS LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS

DéCOUVREZ LES 14 MUSéES DE LA VILLE DE PARIS

» Fermer

Rénovation de l'ossuaire

Rénovation de l'ossuaire

Au mois de novembre 2015, un mur (hague) d’ossements a été rénové dans lecadre d’un programme global d’entretien et de consolidation de l’ossuaire des Catacombes de Paris. Ce programme consiste à reprendre les hagues qui montrent des désordres mécaniques (renflement,inclinaison) ou organiques (décomposition, algues…).

L’origine de l’ossuaire municipal remonte à la fin du XVIIIe siècle. En 1809, Héricart de Thury, ingénieur des mines, est nommé inspecteur général des carrières. Il fait consolider les galeries des Catacombes, et s’attache également à organiser la circulation de l’air, à renforcer les piliers de soutènement et ranger les ossements.

L’agencement des Catacombes se fait suivant la tradition médiévale des ossuaires en l’enrichissant de nouveaux décors laissés à la fantaisie des ouvriers. La méthode relève autant de la maçonnerie que de la technique des hagues et bourrages : elle consiste à construire en façade un parement fait d’assises où se superposent crânes et os longs qui retient le blocage fait du reste des ossements.

De nos jours, la rénovation d’une hague moyenne prend environ 5 jours de travail : démontage soigneux, prise de vue et relevé topographique des remblais, tri et sélection des restes, remontage suivant un modèle coté. Les améliorations prévues sont la mise en place d’une assise de pierre pour éviter le contact avec le sol, la surveillance de la pose de l’appareillage, l’élévation jusqu’à 15 cm du ciel de carrière pour ne plus laisser les ossements à portée de main, l’allègement du blocage en arrière du parement.

Ces opérations, menées sous la conduite d’un restaurateur et d’un conservateur, prennent en compte des données nouvelles de conservation des matériaux organiques qui interdisent notamment tout recourt à des matériaux incompatibles avec le milieu climatique et la fragilité du matériau : fil de fer, ciment, mortier…Le programme de maintenance et de conservation mis en place il y a deux ans, prévoit la rénovation de deux murs par an. La prochaine rénovation est prévue pour le mois de février 2016.